Lost Patrol

Brouillon auto

 

Informations

Jeu : Lost Patrol
Support : Atari ST
Année : 1992
Créateur : Millenium
Éditeur: Millenium

Présentation

Brouillon auto

Le jeu se déroule pendant la guerre du Vietnam en 1966, lorsqu’un hélicoptère américain revenant des troupes d’une pause R&R à Saigon s’écrase dans une région reculée des hauts plateaux du centre. Sept survivants américains de l’accident n’ont pas de radio et doivent parcourir 58 miles de terrain accidenté infesté de pièges et d’ennemis et se rendre à l’avant-poste militaire américain le plus proche à Du Hoc.

Le joueur assume le rôle du sergent Charlie Weaver, qui prend en charge les survivants (dont un ou plusieurs peuvent être blessés au hasard lors de l’accident). Le joueur doit apprendre les caractéristiques de l’équipe, car l’achèvement de la mission peut dépendre des réactions du personnage aux décisions du joueur, puis essayer de maintenir le moral du groupe (ou risquer de déserter ou même d’être fracturé) et de réduire la fatigue, en gérant les ressources en baisse. (rations alimentaires, munitions, grenades à main et mines Claymore) et repousser l’ennemi. Le jeu propose également plusieurs types de séquences d’action :

Corps à corps – Les éclaireurs désignés rencontrent parfois des guérilleros VC solitaires gardant un bunker d’armes ou de ravitaillement. Le joueur doit vaincre l’adversaire dans un combat à mains nues, en utilisant un choix de commandes au clavier ou au joystick. Si le joueur ne parvient pas à vaincre l’adversaire avant l’expiration du temps imparti, ce soldat est présumé disparu au combat et n’est plus disponible.
Séquence de bataille – Le joueur manie une mitrailleuse M60 contre un groupe de VC attaquant sa position dans une ferme en ruine, essayant d’être ni tué ni envahi. Les grenades à main peuvent également être utilisées contre l’ennemi.
Section Grenade – L’escouade rencontre un ou plusieurs nids de mitrailleuses retranchés de l’ANV dans une rizière. Le joueur doit les éliminer en lançant des grenades à la première personne.
Section de tireurs d’élite – L’escouade est coincée par des tirs de tireurs d’élite ennemis provenant d’un groupe de huttes, ce qui nécessite que le ou les tireurs d’élite soient localisés et éliminés. Le joueur peut choisir quel membre de l’équipe assumera le rôle du tireur, avec des niveaux de compétence variables. Pour localiser la position du ou des tireurs d’élite, une vue agrandie du terrain est visible à travers la lunette du fusil du joueur, qu’il doit utiliser pour localiser les éclairs des tirs ennemis.
Champ de mines – L’escouade doit traverser des champs de mines posés par les forces ennemies pour défendre l’entrée d’un bunker. Les champs de mines sont visibles sur la carte, mais les pièges ne le sont pas (la seule solution est de se déplacer lentement dans une zone pouvant être minée). Pour naviguer avec succès dans le champ de mines, le joueur doit choisir un membre de l’équipe pour ramper à travers le champ de mines, poignardant le sol en cours de route pour vérifier les explosifs, avant la fin du temps imparti.
Le joueur peut toujours essayer de se retirer de chaque rencontre, mais c’est aussi risqué. Le groupe peut également rencontrer des civils locaux vietnamiens et montagnards (dans les montagnes), y compris en entrant dans les villages visibles sur la carte. Une gamme d’options est alors disponible, de la recherche de la zone à la mort d’un ou même de tous les civils. Le joueur peut également tenter de communiquer avec les habitants (dans une conversation amicale ou un interrogatoire difficile) en utilisant les mots clés tapés au clavier (par exemple, en tapant « VC » pour demander des forces ennemies).

Certains soldats ont des traits particuliers. Richard Bachman est un tireur d’élite très compétent et donc utile pour les sections de tireur d’élite du jeu. William Blom est utile dans les sections de corps à corps en raison de son expérience en tant qu’artiste martial. Juan Gomez est inestimable dans le jeu car il est plus susceptible de détecter les pièges sur la carte s’il est désigné par un pointeur, et est également le seul capable de vérifier un tunnel ennemi s’il est découvert.

Lost Patrol a commencé comme une idée de faire un jeu dans le style des titres de « film interactif » de Cinemaware mais avec plus de gameplay, et le concepteur et artiste Ian Harling a même envoyé un concept de jeu à Cinemaware et six autres sociétés mais a été rejeté, jusqu’à ce que Ocean Software Gary Bracey l’a accepté au début de 1989 lorsqu’ils ont décidé de passer au marché 16 bits. Lost Patrol a été initialement conçu par Ocean comme un suivi de leur peloton de 1987 et a donc été initialement sous-titré Platoon II.

Après avoir lu davantage sur les atrocités de la guerre du Vietnam, Harling a décidé d’incorporer des dilemmes moraux dans l’intrigue. Plusieurs segments ont été modifiés ou complètement abandonnés en raison de limitations techniques et d’autres raisons, telles que la séquence du tunnel qui a été complètement coupée. Harling a créé les graphiques à l’aide de Deluxe Paint II, numérisé des images dessinées à la main avec des références photographiques et numérisé des images fixes vietnamiennes pour l’Amiga en tant que plates-formes principales. Ses graphismes originaux en 32 couleurs ont ensuite été déclassés pour l’Atari ST.

Le jeu a été programmé par Simon Cooke, avec qui Harling avait déjà travaillé sur un jeu inédit, Xenodrome. Nick Byron les a aidés avec des idées et un codage supplémentaire et a également créé la séquence de main à main. Il y avait une version Amiga largement piratée et divulguée du jeu qui était incomplète, boguée et sujette aux plantages. Lost Patrol a également été porté plus tard sur MS-DOS par Astros Productions. Le thème principal joué tout au long du jeu a été composé par Chris Glaister.

Lost Patrol s’est très bien vendu et figurait dans le top 10 des classements Amiga du Royaume-Uni à la fin des années 1990. Le jeu a reçu des critiques majoritairement positives lors de sa sortie, y compris les scores de 85% de The Games Machine, 73% de The One, 79% de Amiga Format, et 83% de CU Amiga. Zero a donné à la version Amiga de Lost Patrol un score global de 89%, tandis que la version ST a obtenu 88%.

Les enquêtes de 1992 et 1994 de Computer Gaming World sur les wargames avec des paramètres modernes ont donné au jeu zéro étoile sur cinq, critiquant les commandes du joystick comme « si mal faites que l’ensemble du jeu est totalement injouable. »

Selon le livre de Roberto Dillon de 2011 L’âge d’or des jeux vidéo, c’était « un jeu unique parmi les simulations militaires et de combat » qui « offrait une perspective différente sur la guerre de tout autre jeu sorti avant ou depuis … montrant qu’il n’y a pas de gloire dans la guerre mais seulement la douleur et la destruction. »

Les captures d’écran

Lost Patrol : Impression d'écran 1
Lost Patrol : Impression d'écran 2
Lost Patrol : Impression d'écran 3
Lost Patrol : Impression d'écran 4
Lost Patrol : Impression d'écran 5
Lost Patrol : Impression d'écran 6
Lost Patrol : Impression d'écran 7
Lost Patrol : Impression d'écran 8
Lost Patrol : Impression d'écran 9
Lost Patrol : Impression d'écran 10
Lost Patrol : Impression d'écran 11
Lost Patrol : Impression d'écran 12
Lost Patrol : Impression d'écran 13
Lost Patrol : Impression d'écran 14

Les vidéos


Tout le jeu

Fichier Rom du jeu

Laisser un commentaire